Now you can Subscribe using RSS

Submit your Email
5 idées pour profiter de Londres autrement
Vous aimez la ville de Londres ? Aujourd'hui, je partage 5 activités por profiter de cette ville autrement.
05 avril 2017
10 choses à savoir avant un séjour à Lisbonne
Aujourd'hui,je partage avec vous quelques petites informations que j'aurais aimé connaître avant d'aller en vacances à Lisbonne
10 mai 2017
Les petits bonheurs de janvier 2017 [Favoris #1]
Aujourd'hui, je partage avec vous mes favoris du mois de Janvier 2017.
15 février 2017
10 choses que j'ai apprises sur la vie de couple
C'est la Saint-valentin, alors quoi de mieux que de parle des relations amoureuses ?
14 février 2017

30 octobre 2018

6 podcasts qui explorent le mythe de la sorcière #Halloween

Evangeline

À part si vous n'avez pas eu le mémo, vous avez difficilement pu passer à côté de la nouvelle : c'est bientôt Halloween 🍂 . Je ne suis pas du genre à me déguiser et à me maquiller pour l'occasion mais chaque année, j'aime bien me faire un peur en regardant quelques films ou séries à l'univers un peu inquiétant voire glauque (après j'ai du mal à dormir, mais que voulez-vous, il faut croire que je suis un peu maso).
Cette année, mon dévolu s'est porté sur American Horror Story et tout particulièrement sur la saison Coven qui aborde la thématique de la sorcellerie. De fil en aiguille, j'ai eu envie d'en apprendre un peu plus sur les sorcières et de comprendre d'où venait ce personnage mystérieux que l'on retrouve dans la littérature, au cinéma, mais aussi et surtout dans l'Histoire, par exemple à travers ces fameux procès qui ont eu lieu dans de nombreux pays dans le monde entre la seconde moitié du XVe et le XVIIe siècle.

🎃 La mythe de la sorcière 🎃

Avant de vous partager quelques propositions de podcasts pour en apprendre plus sur la sorcière, j'avais envie de vous faire part de quelques éléments qui sont ressortis de ces différentes écoutes et qui méritent que l'on s'attarde un peu.

Qui étaient les sorcières ?

Une partie de celles que l'on désignait comme étant des sorcières étaient souvent des femmes guérisseuses/sage femmes/herboristes, qui vivaient à la campagne et qui soignaient les gens grâce à des connaissances poussées de la nature, du corps humain et des plantes. Ces femmes étaient fréquemment les seuls types de médecins auxquelles les personnes pauvres avaient accès, par manque de moyens. Petit à petit, ces femmes qui jouissaient pourtant d'un certain respect ont commencé à être considérées comme des figures dangereuses par les autorités et le corps religieux. Leur savoir sortait du cadre et n'entrait pas dans dans celui de la médecine traditionnelle et elles semblaient avoir bien trop de pouvoir. La sorcière, c'était aussi souvent des femmes vieilles, marginales, faisant montre de trop d'indépendance ou qui sortaient tout simplement des cases définies par la société (que l'on devine très patriarcale).

On a prêté aux sorcières des intentions démoniaques et une relation privilégiée avec le diable, qui leur donnait soit-disant leur(s) pouvoir(s) et qu'elles côtoyaient supposément à l'occasion de messes noires (le fameux "sabbat") pour s'adonner à des orgies sexuelles et sacrifier des innocents. La volonté de  nuire à ces prétendues sorcières a été aussi loin que de véritables manuels - dont le célèbre Le Marteau des sorcières : Malleus Maleficarum - ont vu le jour pour apprendre à les débusquer. Recherche de la marque du diable sur leur corps, torture (on piquait le corps pour voir si des parties du corps étaient insensibles), invention de tests à la logique discutable (les personnes soupçonnées d'être sorcières est mises à l'eau. Si elles flottaient, et donc savait nager, elle étaient sorcières, - si elles coulaient, elles étaient humaines... mais mourraient tout de même)... Des trésors d'imaginations ont été déployés pour tenter de les identifier puis de les neutraliser. En bonus ? Les personnes à l'étude (pour ne pas dire torturées) étaient "gentiment" invitées à dénoncer d'autres sorcières. Cette délation était bien entendu facilitée par les mauvais traitements infligés et la peur, compréhensible, de mourir brûlée ou pendue.
On notera également qu'à cette période fort joyeuse, quiconque soupçonnant une personne de son entourage d'être une sorcière (ou un sorcier car des hommes pouvaient aussi être concernés même si les proportions n'étaient pas les mêmes et qu'ils étaient souvent condamnés par association) pouvait faire part de ces doutes. Une femme trop belle, trop intelligente, trop vieille, marginale, veuve ayant survécu à un ou plusieurs maris et n'étant plus sous tutelle, trop indépendante, ne fréquentant pas l'église, ayant aidé à mettre au monde un enfant qui se trouve être handicapé ou qui est mort né ou encore prétendument responsable d'avoir maudit les récoltes ou rendu un homme impuissant : les motifs pouvaient être nombreux pour motiver un procès.

En tout, plusieurs dizaines de milliers de "sorcières" auraient été tuées au fil des siècles. Cela englobent les personnes jugées mais aussi les personnes mortes mortes en prison avant leur procès. Un véritable féminicide à grande échelle en somme.

À quoi était due cette chasse aux sorcières ?

Les causes de ces chasses aux sorcières sont aujourd'hui encore un peu obscures. Plusieurs pistes ont été évoquées par les historiens s'étant penchés sur la question.

La chasse aux sorcière serait potentiellement le fruit d'une forme d'hystérie collective causée par un climat social difficile où la population majoritairement pauvre survivait difficilement. Certains évènements ont notamment profondément marqué les populations comme la peste qui a décimé une grande partie de la population européenne au XIVe siècle. L'envie est grande, pour la population, le pouvoir mais aussi l’Église de trouver des personnes à blâmer par rapport à ces malheurs sans explications apparentes.

D'autres pistes évoquent l’Église et sa volonté d'en finir avec des croyances païennes qui faisaient de l'ombre et nuisait à la religion. On sait également qu'un vent de puritanisme soufflait à cette période et que l'on cherchait à tout pris à éradiquer toute trace du diable. Les femmes pauvres et sans défense étaient des cibles de choix. Beaucoup d'entre elles ne comprenaient d'ailleurs rien à ce qu'il leur arrivaient lors des procès et n'étaient pas en mesure de se défendre.

Les chasses aux sorcières, ce sont aussi des manifestations de misogynie extrême et une volonté de remettre à leur place les femmes, c'est à dire a plus bas de l'échelle sociale. Certaines d'entre elles, les guérisseuses, suscitaient la crainte nous l'avons vu plus haut. Il faut dire qu'elles connaissaient le corps humain et les plantes et pouvaient autant aider à donner la vie qu'aider les femmes à avorter. Pour les autorités et l'église, elles ne devaient surtout pas avoir autant de pouvoir entre les mains.

Autre aspect, qui n'est pas une cause en soi mais qui mérite que l'on s'attarde un peu : la problématique de la sexualité des sorcières. On attribuait aux sorcières une sexualité débridée (vive les orgies avec diable) et on les disait insatiables. On les accusaient aussi de voler le sexe de hommes pour en faire des sortes d'animaux de compagnie... Décidément, elles étaient vraiment la source de tous les maux de l'époque !

🎃 Quelques idées de podcasts sur les sorcières 🎃

J'ai écouté pas mal de podcasts sur la thématique de sorcières et je vous ai fait une petite sélection de ceux que je trouvais les plus intéressants et qui permettaient de bien la question. J'espère qu'elle vous plaira !

La Poudre


On ne présente plus La Poudre, ce podcast résolument féministe animé par Lauren Bastide et qui donne la parole à des femmes de tout horizon et bien souvent remarquables. Ces dernières partagent leur histoire, leur parcours et parlent bien souvent de leurs travaux/oeuvres et de leur rapport à la féminité. Dans l'un des derniers épisodes, Lauren Bastide a donné la parole à Mona Chollet, une journaliste et essayiste qui a publié en septembre 2018 le livre Sorcières, la puissance invaincue des femmes aux éditions la Découverte. Pendant leur échange elles abordent pêle-mêle les fondements de la chasse aux sorcières et notamment la misogynie qui a partiellement motivé la chasse aux sorcières, les sorcières contemporaines, le rapport des sorcières et de la médecine, la radicalité féministe, etc. L'échange est plutôt riche et pousse à la réflexion.

Culture 2000

Ce podcast est probablement l'un des meilleurs et des plus complets sur la thématique. En un peu plus d'une heure, il retrace l'histoire de la chasse aux sorcières, aborde ses différentes causes et explique comment la chasse a pris fin. Un important travail de recherche a été effectué par les animateurs et c'est vraiment très intéressant. Pour ne rien gâcher, ce podcast est bourré d'humour (un peu noir parfois mais moi ça m'a plutôt plus je l'avoue). 

Pour l'écouter, c'est par ici : La chasse aux sorcières

LSD 


Ce podcast proposé par France Culture donne la parole à plusieurs intervenants (Historien, philosophe, dessinateurs, danseuses, véritable sorcière ou aspirante sorcière...) qui apportent un éclairage différent sur le mythe de la sorcière. Le podcast se découpe en 4 épisodes d'un peu moins d'une heure abordant chacun une thématique différente :
J'ai particulièrement aimé le premier épisode qui aborde la sorcellerie sur le plan historique et le dernier épisode qui montre comment certaines femmes se sont réappropriés ce terme et comment il s'inscrit dans certains mouvements féministes contemporains. Il y a notamment une intervention de Starhawk, une écrivaine et militante écoféministe américaine et qui se considère comme une sorcière.

Quoi de Meuf


Mélanie Wanga et Clémentine Gallot s'interrogent tour à tour sur l'histoire des sorcières, leur place dans la pop culture, leur étonnante réapparition dans l'actualité mais aussi le lien de ces figures avec le féminisme actuel (notamment aux États-Unis). C'est intéressant, plein de bonne humeur et plein de références qui vous feront sans soude sourire.

Witchcraft, par la BBC


Le podcast Witchcraft  podcast là s'adresse aux personnes comprenant l'anglais. Il réunit plusieurs professeurs d'Histoire experts et se penchent sur la sorcellerie en Europe. Ils apportent des éléments de réponse sur plusieurs questions comme : Pourquoi la chausse aux sorcières (et aux sorciers ) a t-elle commencé ? Pourquoi a t-elle pris fin ? Que recouvre le terme de sorcière ? 

Salades de sorcières à Salem, par Nova

Le podcast Salades de sorcières à Salem, animé par Jean-Christophe Piot, dure moins de 10 minutes et se focalise sur le célèbre épisode des procès de Salem. Il explique de manière simple et synthétique la chronologie de cette mystérieuse histoire et aborde le sort des victimes (une vingtaine). 
Si vous parlez anglais et que vous souhaitez avoir encore plus de détails sur cette histoire je vous recommande vivement The Salem Witch Trials par la BBC dans lequel plusieurs historiens prennent bien le temps de planter le décor d'un point de vue historique et de présenter les protagonistes (les accusatrices comme les accusées). C'est probablement le plus intéressant que j'ai pu écouter sur le sujet.

Les sorcières à l'honneur avec Mona Chollet, par Madmoizelle


Dans ce podcast on retrouve à nouveau Mona Chollet. Elle répond aux questions de lectrices de Madmoizelle concernant le dernier livre qu'elle a publié. Les questions abordent bien entendu les différentes thématiques de son livre mais aussi les raisons qui l'ont poussée à écrire sur ce sujet. Il est à écouter en complément de l'épisode sorcière de La Poudre.



🎃Quelques ressources pour creuser le sujet...🎃

Si vous n'avez pas encore eu votre dose et que vous souhaitez aller plus loin dans vos recherches, voici quelques recommandations supplémentaires pour en apprendre plus sur les sorcières et les mythes qui les entourent.

Les livres et bandes dessinées sur les sorcières

  • Sorcières, la puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet. Au menu, un peu d'histoire et une réflexion sur l'indépendance et le pouvoir des femmes. 
  • Caliban et la sorcière, un essai de Silvia Federici
  • La sorcière, de Jules Michelet
  • Sorcière, Christophe Chabouté (BD)
  • La collection Sorcières, des éditions Cambourakis. Elle remet au gout du jour des textes américains des années 70 et plus ou moins oubliés sur la sorcellerie. Il y a notamment le texte Sorcières, sages-femmes et infirmières : une histoire des femmes soignantesde Barbara Ehrenreich et Deirdre English qui m'intéresse tout particulièrement. 
  • Le dictionnaire historique de la magie et des sciences occultes et Les sorcières, fiancées de Satan de Jean-Michel Sallman. 
  • Les sorcières de la République, de Chloé Delaume, une sorte de dystopie qui raconte l'arrivée au pouvoir du Parti du Cercle, une secte féministe qui a voulu mettre à bas la domination masculine. 
  • Les filles de Salem - Comment nous avons condamné nos enfants, de Thomas Gilbert (BD).

Les séries TV 

Outre les lectures, je vous recommande de jeter un coup d'oeil à la série Salem (disponible sur Netflix) et qui s'inspire un peu des célèbres procès dont nous avons tous entendu parler au moins une fois. La série aborde aussi la problématique de l'indépendance et de l'absence de pouvoir des femmes quant à leur vie.
À découvrir également si ce n'est pas déjà fait Coven, la saison 3 d'American Horror Story dont je parlais plut haut et Les nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix.

Attention, ces séries son assez glauques, surtout Salem et American Horror Story. Donc si vous êtes du genre sensible, passez votre chemin !
Autre référence, mais qui a beaucoup vieilli, Charmed. Au menu, un trio de sœurs soudées qui se battent contre des démons, des effets spéciaux exceptionnels (LOL), des thèmes assez intéressants comme la maternité, l'ambition féminine, l'indépendance.
Dernière référence : Buffy, et surtout la saison où Willow devient une sorcière.

Les films

Il y a quelques références qui datent un peu mais difficiles de passer à côté dans la mesure où ce sont des "classiques".
  • Dangereuse Alliance (The Craft), pour les adeptes des teens movies ;
  • I Am Not a Witch, un film particulièrement émouvant qui raconte l'histoire d'une fille de 9 ans qui se fait chasser de son village et qui atterrit dans un village de sorcières avec des femmes accusées à tort comme elle. Ça se passe de nos jours, en Afrique. 
  • Sorcières, mes soeurs, un film documentaire de Camille Ducellier sur les sorcières contemporaines ;
  • Les Sorcières d'Eastwick ;
  • Le magicien d'Oz ;
  • Kiki la petite sorcière (des studios Ghibli) ;
  • Les Ensorceleuses ;
  • Ma sorcière bien aimée ;
  • Halloweentown ;
  • Hocus Pocus.
Et vous, les sorcières c'est un sujet qui vous intéresse ? Qu'en pensez vous ? 
Si vous avez des ressources à partager ou des réflexions, n'hésitez pas à les partager !

28 mai 2017

5 leçons de vie que ma mère m'a apprises

Evangeline

À moins d'avoir vécu dans une grotte au cours de ces trois dernières semaines (ou de ne pas être abonné(e) à la newsletter de Sephora), vous n'avez pas pu rater l'information : c'est la Fête des mères. J'avais initialement envie de vous écrire un article avec des idées de cadeaux, mais après avoir écrit quelques lignes et commencé ma sélection, cela m'a semblé un peu vain, voire futile...
Je me suis rendue compte que j'avais plutôt envie de parler de ma mère et de lui rendre un petit "hommage" en partageant 5 conseils qu'elle m'a donné et répété depuis que je suis petite. Ces "mantras", je les garde toujours en tête et ils m'accompagnent dans ma vie d'adulte (le mot le plus approprié serait adulescent mais passons...😉 ) .

1. Choisis tes amis/amoureux avec précaution


Depuis que je suis petite, j'entends ma mère dire régulièrement "mieux vaut être seul(e)" que mal accompagné(e)", que cela soit en matière de relations amicales ou amoureuses. Elle m'a fait comprendre très tôt que je devais sélectionner avec soin les personnes que je laissais entrer dans ma vie et qu'il n'était pas bon de s'attacher/se confier à n'importe qui... J'ai toujours appliqué ce conseil à la lettre et je peux dire que cela m'a beaucoup servi et me sert encore. 
Dès que je me rends compte qu'une personne est toxique (négative, médisante, voire carrément méchante) et ne m'apporte rien (d'un point de vue humain j'entends), je ne force pas les choses et j'évite de garder le contact. La vie est trop courte pour dépenser de l'énergie dans des relations qui n'en valent pas la peine !

2. Aide toi le ciel t'aidera !

S'il y a bien une chose que ma mère m'a apprise c'est que rien ne nous tombe tout cuit dans le bec dans la vie (à part lorsque l'on naît avec une cuillère en argent dans la bouche). Pour obtenir ce que l'on veut, il faut travailler avec acharnement et chercher des solutions par soi-même. Personne ne fera le travail à notre place et nous sommes les principaux acteurs de notre réussite.

Attention toutefois à ne pas être trop extrême : il faut aussi savoir accepter de l'aide lorsqu'elle est proposée de bon cœur. Nous ne sommes pas obligés de tout accomplir seuls. Il n'y a pas de mal à se reposer sur les autres de temps en temps.

3. Le respect c'est essentiel et il doit être mutuel

Depuis toute petite, ma mère me rappelle que respecter les gens est important, que cela soit en amitié, en amour, dans un contexte professionnel ou lorsque l'on est confronté à des inconnus. En pratique, cela signifie parler aux autres de manière polie, proscrire toute agressivité et ne pas adopter un comportement hautain. En définitive, il faut traiter les gens comme nous aimerions qu'ils nous traitent.
Cela ne signifie pas qu'il faille se laisser marcher sur les pieds pour autant. Quand quelqu'un nous traite mal, il faut lui en faire part. Avec diplomatie d'abord et si cela ne marche pas, on zappe la personne et on cesse de lui accorder de l'importance, tout simplement.

4. Prends toujours soin de toi

J'ai toujours vu ma maman coquette. Quelle que soit la situation ou le contexte, elle cultive son élégance et se montre presque toujours apprêtée en société. Je dois admettre que je suis la reine des flemmardes en ce qui concerne le maquillage et l'habillement et mon apparence a longtemps été secondaire pour moi (bonjour les Vans et les jeans/sweats aux coupes/couleurs étranges jusqu'à la fac !). Mais en grandissant, j'ai commencé à faire un peu plus attention et à me rendre compte que le soin que l'on apportait à soi même avait une grande importance, en particulier sur la manière dont les autres nous perçoivent et interagissent avec nous.
Le fait de prendre soin de soi et d'arborer par exemple des jolies tenues qui nous mettent en valeur, permet aussi de booster notre confiance en nous.
Moi quand je me sens au top ;)

5. Fais preuve de bienveillance envers les autres 

Cela signifie notamment répondre présente lorsque l'on sollicite mon aide ou encore être l'oreille attentive et bienveillante dont une personne a besoin à un instant T ! J'ai longtemps eu un peu trop tendance à suivre se conseil à la lettre en m'oubliant un peu parfois. Aujourd'hui, j'ai à peu près réussi à trouver le bon équilibre.


Voilà pour les principales "leçons de vie" que ma maman m'a enseignées. Il y en a bien d'autres évidemment mais je dirais que celles-ci ce comptent parmi les plus importantes et celles que j'essaie le plus d'appliquer au quotidien... Jusqu'à présent, je crois que cela m'a plutôt réussi...

Et vous, quelles sont les conseils de votre mère qui vous ont le plus marqué  ? 
Rendez-vous sur Hellocoton !

****
Si tu aimes cet article, n'hésite pas à l'enregistrer sur Pinterest


24 mai 2017

Un week-end de 4 jours à Barcelone

Evangeline

Aaaah Barcelone... Aussi connue pour être la première destination européenne où la plupart des jeunes choisissent d'aller pour leurs premières vacances en autonomie à l'étranger. Sans doute parce qu'elle est assez bon marché et qu'elle a l'avantage d'allier plage à deux pas du centre ville et un très riche patrimoine culturel.

Pour ma part, je n'y avais pas mis les pieds depuis 2008 (quand j'étais jeune) et cela faisait quelques temps que j'avais envie d'y retourner. Problème : Monsieur n'avait pas envie de m'accompagner pour la simple et bonne raison que sur les 4 voyages scolaires qu'il a effectué, 3 concernaient la ville de Barcelone (vive la redondance ha ha). J'étais en passe de perdre tout espoir car personne dans mon entourage n'était tenté d'y retorner, lorsqu'une amie m'a dit qu'elle souhaitait y aller aussi et qu'elle ne trouvait personne pour y aller. Ni une ni deux, nous avons bloqué des dates et nous avons organisé un petit séjour.

C'est comme ça que le 10 juillet 2015 au soir, je me suis retrouvée dans l'avion pour un petit week-end de 4 jours à Barcelone.

Pour ces 4 jours, nous avons décidé de jouer les parfaites petites touristes et d'aller voir les principaux monuments de la ville.

Jour 1 à Barcelone : du Parc Güell à la Casa Batlló

Pour le premier jour, nous sommes rendus à l'incontournable Parc Güell, qui a été construit par l'architecte catalan Gaudi. Il est notamment connu pour sa grande esplanade (Place de la nature) où l'on trouve des bancs ornés de mosaïques de toutes les couleurs et qui permet d'avoir un joli point de vue sur la ville de Barcelone. L'esplanade est entourée d'un vaste parc où l'on peut trouver de nombreuses constructions aux formes peu communes et jardins.
Le célèbre salamandre située à l'entrée du Parc Güell
Après le parc Güell, nos pas nous ont menés vers la Casa Batlló, une surprenante maison classée au patrimoine mondial de l'Unesco qui a été construite à la demande d'un riche industriel. Comme le Parc Güell, elle est l’œuvre de Gaudi et présente une architecture singulière. Une foule de détails vraisemblablement inspirés de l'univers marin peuvent être observés aussi bien sur sa façade qu'à l'intérieur.
La maison est dotée d'un impressionnant puits de lumière recouvert de carreaux de faïence bleus. Lorsque l'on monte sur le toit, on peut admirer de jolis conduits de cheminée mais aussi profiter d'un point de vue sur une partie de la ville.

Jour 2 à Barcelone : du marché de La Boqueria à la Sagrada Familia

Qui dit visite de Barcelone, dit visite du célèbre marché de La Boqueria, non loin de La Rambla. On y trouve de nombreux étals avec des fruits frais et des fruits secs, des légumes, des stands avec de la nourriture et notamment des spécialités espagnoles comme des empenadas (on en retrouve aussi en Amérique latine), mais aussi des petits restaurants où manger sur le pouce. L'endroit est très populaire et bondé mais est incontournable. Avant de partir, n'oubliez pas de prendre un petits jus de fruits frais pour vous désaltérer. Il y a tellement de parfums différents que vous aurez du mal à choisir !


Après le marché de la Boqueria, nous avons mis le cap sur la Sagrada Familia, soit le monument le plus emblématique de Barcelone. Sa construction a débuté en 1882 mais n'est toujours pas achevée en raison des innombrables détails prévus par Gaudi. Cet édifice est véritablement impressionnant et ne peut laisser personne indifférent. Cette impression est renforcée lorsque l'on pénètre à l'intérieur de la basilique. Elle ne ressemble en rien à ce que j'ai pu déjà observer de ce que J'ai particulièrement aimé observer les vitraux et leurs sublimes couleurs.
 

Jour 3 à Barcelone : promenade dans le quartier gothique et visite guidée street art

Le quartier gothique est l'un des plus jolis quartiers de Barcelone. Il est constitué de jolies petites rues et d'édifices pleins de charme où il est agréable de se perdre.
La place Catalunya, qui est située juste à côté de l'entrée du quartier gothique
La cathédrale de Barcelone
Après avoir fait un tour toutes seules, nous avons rejoint le point de départ de la visite guidée de street art que nous avions réservé. Nous avons découvert de nombreuses œuvres d'artistes du monde entier. Elles sont globalement très colorées et égayent les rues du quartier gothique.


Jour 4 à Barcelone : Pause à la plage

Le dernier jour de notre week-end prolongé à Barcelone était placé sous le signe de la détente. Nous avons voulu nous reposer un peu après avoir piétiné pendant 3 jours du matin au soir donc direction la plage. Nous n'avons pas eu à aller bien loin puisqu'il y en a une non loin du centre ville, chose plutôt chouette. Nous nous sommes posées vers le port olympique et avons lézarder pendant quelques heures.
 
En fin d'après-midi, nous avons mis le cap sur la gare pour prendre le train en direction de Lyon. Nous serions bien restées un peu plus longtemps pour nous la couler douce mais il paraît que toutes les bonnes choses ont une fin !

Visiter les monuments à Barcelone : conseil

Pour visiter les principaux monuments de Barcelone, je vous conseille de réserver vos billets d'entrée en ligne sur les sites officiels consacrés aux monuments ou encore sur des sites spécialisés comme Musement. Cela vous permettra d'éviter de perdre du temps et de faire la queue (chose particulièrement pénible par temps chaud). Je vous le conseille d'autant plus que pour certains monuments, il y a un nombre d'entrées limitées par jour comme au parc Güell par exemple.

Et vous, êtes-vous déjà allés à Barcelone ? Si oui, où vous êtes vous promenés ?

21 mai 2017

Street art à Londres : une visite de l'East End haute en couleurs

Evangeline

street art londres geisha Dan Kitchener
Oeuvre de  Dan Kitchener 
Au fil de nos escapades à Londres nous avons eu envie de nous éloigner des sites ultra touristiques et de découvrir d'autres visages de la ville. En cherchant des idées de sorties, j'ai découvert que Londres, et en particulier l'East End (la partie Est de la ville) était un terrain de jeux privilégié pour les street artists du monde entier.
Étant une totale béotienne en matière de street art, j'ai cherché des organismes organisant des visites guidées et je suis tombée sur London Alternative dont j'ai particulièrement apprécié le concept.

Ce collectif propose plusieurs types de balades qui permettent de partir à la découverte de l'East End et des œuvres qui ornent ses rues. Nous avons opté pour la visite à pied, à l'issue de laquelle chacun peut donner la somme d'argent qu'il veut en fonction de son degré d'appréciation et de ses moyens. Un concept qui nous a bien plu à Monsieur et à moi.

Londres, ce musée à ciel ouvert

roa street art londres
Oeuvre de ROA, spécialiste des animaux XXL en noir et blanc
La visite a duré environ 2 heures. Un temps durant lequel notre guide Lily Mixe, street artist de talent, nous a fait voyager dans les rues de l'East End et notamment autour de Soreditch, Whitechapel ou encore Spitafield.

En plus de nous présenter le travail de divers artistes venant des quatre coins du monde et leurs différentes techniques de création (pochoirs, peintures, sculpture...), elle nous a également parlé de l'histoire de l'East End et des différentes communautés qui y ont vécu au fil des siècles (Français protestants Huguenot, juifs est-européens, Bangladeshis, Irlandais...) et qui continuent à se côtoyer aujourd'hui. C'était vraiment très instructif et rappelle à quel point Londres est une ville cosmopolite. La passion de notre guide et les nombreuses anecdotes qu'elle a partagé avec nous ont beaucoup contribué à notre enthousiasme.

Bon assez de blabla, je vous laisse découvrir une partie des œuvres que nous avons pu admirer. Nous avons vraiment adoré la manière dont les artistes ont joué avec les volumes des bâtiments et le mobilier urbain. Façades, rideaux de fer, sol, poteaux, balcons et même chewing-gum sur le sol : l'art est partout dans cette partie de Londres !
Oeuvre de Vhils, qui a pour particularité de créer des œuvres avec des explosifs et des marteau-piqueurs (entre autres)
jonesy street art londres
Sculpture de Jonesy. Il a pour habitude d'installer ses petits personnages au-dessus des panneaux de signalisation
space invider street art londres
Space Invider. Sa spécialité ? Créer des motifs avec du carrelage ou des petits carreaux de mosaïque 
 Phlegm, un artiste baignant dans un univers surréaliste
Cranio. Ses fresques mettent en avant les chocs de culture entre la société tribale amazonienne et la société actuelle.
Partie supérieure : Borondo. Il s'inspire des grands maîtres de la peinture classique et peint des personnages souvent inquiétants ou énigmatiques. La partie avec le bonhomme coloré, est une réponse d'un artiste qui a voulu le défier, se "moquer" de lui.
street art Ronzo
Ronzo. Il réalise notamment des petites sculptures qui de loin peuvent ressembler à certains panneaux de la ville. 
Gauche : Space Invider - Visages : Gregos - Plaques : Ronzo
Oeuvre de Ben Eine, connu notamment pour ses lettres colorées et acidulées formant des mots souvent provocateurs. 
El Mac. Sa particularité ? Réaliser des personnages avec des dégradés (bombes aérosol)
Gregos. Un artiste qui prend plaisir à coller des moulages de son visage. 

C215. Grand spécialiste du pochoir 
À la fin de la visite, après avoir fait une pause chocolat chaud à The Exmouth Coffee Company, nous n'avions qu'une seule envie, continuer à explorer les rues afin de découvrir d'autres œuvres.
Je vous conseille vivement de faire une visite de ce type si l'art urbain vous intéresse et si vous avez envie de sortir des sentiers battus (il y a des visites en Français et en Anglais Yeah \o/).

Si vous êtes plutôt du genre autodidacte, pas de problème, vous verrez de nombreuses choses en vous baladant en toute autonomie. Perdez-vous dans les rues de Soreditch, soyez curieux et promenez vos yeux un peu partout ! Il y a tellement de styles différents que chacun devrait y trouver son compte !
citizen kane street art londres
Oeuvre de Citizen Kane, en hommage à son fils décédé (Cette oeuvre est l'une des plus impressionnantes que nous avons vu).
street-art-londres-femme-noire

Bon à savoir

Les visites avec London Alternative se réservent en ligne sur leur site. Avant le jour J, vous recevrez l'adresse du lieu de rendez-vous.
Une partie des œuvres préentées dans cet article ne sont peut-être plus visibles à l'heure actuelle et cela pour 2 principales raisons. Le street art à Londres (comme ailleurs) est illégal et il arrive que certaines œuvres (en dehors de celles situées sur les rideaux de fer des magasins) soient repeintes par la ville. Deuxième raison, la rue est un terrain de jeu pour les artistes.Certains artistes recouvrent le travail des autres, le complètent, ou bien "répondent" à des œuvres. La ville est donc en perpétuelle évolution !

Et vous, le street art, ça vous parle ? Avez-vous déjà effectué ce type de visite à Londres ou ailleurs ? 

*********
Si l'article vous plaît, n'hésitez pas à l'enregistrer sur Pinterest. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Instagram Photo Gallery

Coprights @ 2016, Blogger Templates Designed By Templateism | Templatelib | Distributed By Blogger Templates